AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

ON EST AL ! http://moveyourstring.tropfun.net/




Partagez | .
 

 past could break us ⊰ hyojun & munhee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
téma c'est

Jang Shin Ji !


✵ because we
only live once !

avatar

pursuit of happiness.


La vérité
✵ avant ce jour-ci,
je n'étais qu'une misérable et verdâtre sardine échouée sur cette plage. Pauvre de moi, je ne savais même pas faire la différence entre une girafe et un éléphant des mers. Je me débrouillais avec les moyens du bord « non d'un cordon bleu ! un ongle séché ! je vais peut-être pouvoir l'échanger contre tois pièces d'or ? » et puis quatre grandes et majestueuses ombres sont apparues, ils me tendirent leurs mains aussi étincelantes que le crochet du capitaine crochet. C'était donc eux, les Dieux du stade.

✵ love à sens unique ?

jte ♥ chan yeol

jte ♥ kanye

jte ♥ jae woo

jte ♥ adam
Profil- PSEUDO : undead & dopamine

KOREAN TWINS FUCK YOU


- MESSAGES : 189
MessageSujet: past could break us ⊰ hyojun & munhee   Mer 2 Jan - 18:14

Fumer tue.
Des rubans rouges glissaient sur son corps étiolé, des perles colorées dansaient autour de sa tête, virevoltant dans tous les sens alors qu’il tentait de les attraper chacune pour en faire un bracelet. Un sourire béat avait pris forme sur le visage égayé de Shin dont les pieds étaient emprisonnés dans une prison de rubans vivants alors que ses bras s’étiraient comme de l’élastique pour attraper les perles. Il était en plein rêve. Après avoir fumé le contenu douteux d’un sachet qu’il avait trouvé dans sa poche. Et à présent, il semblait épanoui dans son rêve ensoleillé, coincé dans un pays enchanté de bisounours, avec des rubans et des perles vivants. Alors que la réalité n'avait rien à voir avec des perles et des rubans. Non, la réalité, c’était une benne à ordures et un chien galeux. Quand ses doigts touchèrent enfin quelques perles, il vit avec horreur le monde merveilleux s’effondrer comme un château de cartes. Tiré de sa rêverie par une canne qu’on abattait sur la benne à ordures, ses paupières se soulevèrent, lourdes, il écarquilla les yeux à plusieurs reprises pour tenter de revenir dans le monde réel. Ses yeux encore embrumés se posèrent aux alentours, et l’information ne mit pas beaucoup de temps pour arriver à son cerveau.
Une ruelle crasseuse, une benne à ordures, un clochard énervé.

Soudainement, il se mit à tousser, comme s’il ne s’était pas encrasser les poumons plus que nécessaire. Il avait décidé d’arrêter de fumer. Il avait arrêté le tabac mais pour se leurrer lui-même…il n’avait pas pu résister aux herbes qu’il avait trouvé dans sa poche. Le souvenir des volutes de fumée lui revint en tête, trouvant écho au rire déjanté qui avait suivi quand il s’était mis à tirer sur son joint. Son regard légèrement dépareillé se posa sur le vieillard qui ne cessait de beugler des âneries à propos de son territoire, sa place et sa maison. Shinji n’eut pas la force de le faire taire, la migraine pointait le bout de son nez, il se massa les tempes pour tenter de l’atténuer. « …Mais c’est ma place ici, j’ai marqué mon territoire, faut que tu dégages, bordel ! » Pendant que le vieillard continuait à l’affubler de noms d’oiseaux, Shin passa ses mains dans les poches de sa veste, histoire de voir si on ne lui avait rien volé d‘important. Heureusement que rien ne manquait… Quand son regard glissa sur sa montre, il fit un bond en avant. L’heure était déjà avancée, dix-sept heures passées. Le souci, c’est qu’il devait se rendre à son deuxième travail pour être présent quand le gérant ferait les présentations au nouveau venu. Sans faire plus attention au vieillard, il se releva et obligea ses jambes cotonneuses à courir dans les ruelles, tandis que son regard scannait chaque panneau pour ne pas se tromper de rue.

Plus les secondes s’égrenaient, plus vite les effets des psychotropes se dissipaient. La weed, c’est terminé, à chaque fois qu’il en fume, il se retrouve dans des situations hallucinantes. Qui sait, peut-être que demain il va s'endormir encore une fois près d’une benne à ordures et se réveiller avec un rein en moins… Il paraît que dans le pays de la vodka, c’est très fréquent. Une grimace barrait son visage, des cernes avaient pris place sous ses yeux. Il se décoiffait encore plus les cheveux à force de courir comme un dératé, le souffle court.

Encore un peu engourdi et dans les vapes, il ralentit la cadence et préféra marcher, à quelques mètres de la boîte Underground Heroes. Ses chaussures écrasant le bitume à chacun de ses pas, il se tenait l’abdomen à cause d'un point de côté. Essoufflé, et toujours la main sur son abdomen, Shin Ji entra dans la boîte par la porte arrière, cherchant à rejoindre le bar le plus rapidement possible et voir si son frère était présent. Et évidemment qu‘il était présent, il n‘hésita pas non plus à réprimander Shinji sur « l‘odeur nauséabonde et l‘état de ses fringues. » Remarques que Shinji balaya du revers de la main. « Me…demande pas…où j’étais. Par-ce…que j’le…sais pas moi-même. Merde…il fait chaud ici. » Son autre main posée sur le bar, il tenta de reprendre une respiration normale, courbé en avant, le front reposant contre le bar. Au même moment, le gérant de la boîte fit son entrée et commença un speech…que Shinji écouta à moitié, trop occupé à calmer sa respiration. Et surtout, il ne voulait pas que son patron le voie dans cet état, après tout, même si les effets s’étaient dissipés, la peur d’avoir les yeux dilatés semblait bien présente. « […] voici votre nouveau collègue. » À cette réplique, il sentit une claque sur son crâne venant de Mun Hee sans aucun doute, JJ releva aussitôt pour le dévisager mais ses yeux fatigués dardèrent le nouveau venu. Un peu comme s’il venait de recevoir un coup de massue sur la tête. « Ah. Ouais. Bon. On fait quoi ? C’est Hyo Jun, là quand même. » Souffla-t-il à l’oreille de Mun Hee, en tentant de remettre de l’ordre dans sa tignasse blonde, c’était comme si une cigogne avait combattu sur sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
téma c'est

Jang Mun Hee !


✵ because we
only live once !

avatar

pursuit of happiness.


La vérité
✵ avant ce jour-ci,
je n'étais qu'une misérable et verdâtre sardine échouée sur cette plage. Pauvre de moi, je ne savais même pas faire la différence entre une girafe et un éléphant des mers. Je me débrouillais avec les moyens du bord « non d'un cordon bleu ! un ongle séché ! je vais peut-être pouvoir l'échanger contre tois pièces d'or ? » et puis quatre grandes et majestueuses ombres sont apparues, ils me tendirent leurs mains aussi étincelantes que le crochet du capitaine crochet. C'était donc eux, les Dieux du stade.

✵ love à sens unique ?

jte ♥ chan yeol

jte ♥ kanye

jte ♥ jae woo

jte ♥ adam
Profil- PSEUDO : heresy


- MESSAGES : 300
MessageSujet: Re: past could break us ⊰ hyojun & munhee   Ven 4 Jan - 1:29

Chacun porte sa croix. Chacun traîne ses cicatrices et les assume à sa façon : tantôt en les barricadant derrière une façade endurcie par les coups de la vie, tantôt en affichant un sourire qui se veut indélébile. Pour les Jang c’était plutôt la seconde option qui primait. Ils n’avaient pas été épargnés par les déceptions, les erreurs et, de fait, les regrets. La meilleure arme de Moonie pour les contrer était le déni. À le voir si bon vivant, si insouciant, on jurerait qu’il n’avait jamais connu les ennuis – et il ne tentait pas de prétendre que ça n’avait pas toujours été le cas. Il ne se plaignait que de petites choses : une égratignure prenait des allures de désastre, un… simple job de nuit était la pire des calamités. C’est qu’il y tenait, lui, à sa liberté ! Et s’il avait eu la chance d’avoir du fric à défaut d’une famille stable, pourquoi serait-il mal d’en profiter? Toujours était-il que son frangin ne partageait pas cet avis, qu’ils vivaient ensemble dans le loft de ce dernier et que de fait, JJ s’était montré intraitable : soit il bossait, soit il déguerpissait. L’aîné s’était même montré assez cruel pour ramasser les affaires de son frère et les foutre à la porte quand ce dernier s’était fichu de lui, certain qu’il n’était pas sérieux. Et évidemment, à peine biens avaient-ils touché le sol du couloir qu’une certaine voisine s’était précipitée pour tenter d’en chiper quelques-uns, allez savoir pourquoi. Moonie avait dû batailler sévère avec elle pour l’empêcher d’en embarquer, tout en suppliant son frère à travers le battant clos de lui rendre sa piaule. Mauvais souvenir. Il avait paniqué pendant quelques jours, après cette fois-là, parce qu’il lui manquait des fringues et qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer ce que la tarée de service pouvait bien faire avec. Bref.

Il s’était retrouvé barman à l’Underground Heroes. Boulot intéressant qui permettait de voir du monde, d’épier les conversations des gens au bar, de transmettre de messages à unetelle de la part d’untel, etc. Et puis les filles ne manquaient pas, et les cocktails lui allaient bien : beau-papa n°10 s’était évertué à tenter de tisser des liens avec la marmaille de son épouse en apprenant aux jumeaux ses secrets en la matière – ce qui ne les avait pas empêchés de dépenser des trésors d’imagination pour qu’il atteigne comme ses prédécesseurs le statut d’ex beau-père. Et lorsque le bar l’ennuyait, il lui restait une dernière possibilité, à savoir l’échange de poste avec son vigile de double. Il comptait le lui proposer ce soir d’ailleurs… mais pour cela, encore faudrait-il que monsieur daigne pointer le bout de son nez ! Ce soir, le personnel de la boîte avait été réuni un quart d’heure avant l’horaire habituel des préparatifs en vue de l’ouverture, pour la présentation du nouveau serveur qui rejoindrait l’équipe. Le boss se pointerait d’ici une ou deux minutes et JJ, lui, ne semblait pas décidé à arriver.

« Ah, quand même ! Le blond jeta théâtralement sur le bar le chiffon qu’il utilisait pour faire briller ses verres, prêt à se lancer dans une fausse scène de ménage, mais l’état de son frangin le stoppa net. Euh… tu t’es roulé dans les ordures avant de venir ou quoi? Sinon, c'est ton nouveau parfum qui est un mauvais investissement : tu chlingues mec. Et j’sais pas si tes fringues ont été griffées KTFU un jour, mais pour le coup t’es sapé comme un SDF. Hey non, dégage ta tignasse puante de mon bar tout propre ! » C’était une façon de lui demander ce qui s’était passé au cours des dernières heures tout en faisant remarquer que l’activité pour laquelle il avait opté avant de se pointer au boulot n’avait.. pas été un excellent choix. La réponse fut succincte : « Me…demande pas…où j’étais. Par-ce…que j’le…sais pas moi-même. Merde…il fait chaud ici. » Et sans prendre en compte l’avertissement de Moonie, il se posa sur le plan de travail de son dongsaeng en soufflant comme un boeuf. Instant de doute. « Toi t’as pas l’air clean… Le gérant ne lui laissa pas le temps de procéder à une vérification, puisqu’il choisit cet instant pour faire son entrée. Son discours passa un peu dix lieux au-dessus de la tête de Moonie, dont le regard était aimanté vers la trogne minable de son frère. C’est que c’était un poil inquiétant, tout de même. Il lui prit un verre, le remplit d’eau fraîche aussi silencieusement que possible et le posa prêt de JJ. Yah, bois ça. Ça t’remettra peut-être les idées en place. T’as encore fait le con hein? » – chuchota-t-il, incapable d’attendre la fin des présentations. Jusqu’à ce qu’un coup d’œil vers le gérant le gèle sur place. Oubliant le piteux état de JJ, il lui mit un claque sur la tête pour la lui faire lever, lui-même occupé à dévisager le nouveau, la bouche grande ouverte, sous le choc. « Ah. Ouais. Bon. On fait quoi ? C’est Hyo Jun, là quand même. » Perspicace le JJ. Mais pour le coup, Moonie était aussi perdu que lui et ne savait pas trop non plus comment réagir. Pas du tout même. Un amalgame d’émotions contradictoires se bousculaient en lui – la stupeur et une joie instinctive, débordante, vite entachée par une pointe de scepticisme… qui se mua en rancœur. Celle-là même qui primait sur tout le reste depuis quatre ans, et qui le poussait à agir comme s’il n’avait jamais connu ce type qui les avait éjectés de sa vie sans un regard en arrière, sans une explication valable, crachant sur des années d’amitiés ou, plutôt, de fraternité. Comme s’il ne le regrettait pas non plus. Son visage se ferma, et ce fut d’un air buté qu’il répliqua : « Que dalle. J’connais pas ce traître. » Pour autant, il demeurait incapable de le lâcher des yeux, un pli un brin méprisant lui relevant la lèvre supérieure. Cette fois il avait appris de ses erreurs passées : si le Hyo Jun avait besoin de quoi que ce soit il pourrait toujours aller se gratter pour que les jumeaux s’en mêlent.

Le gérant consulta sa montre avec impatience et fit pression dans le dos de Hyo Jun, abrégeant son blabla – auquel personne ne prêtait vraiment attention. « Je vais devoir confier la suite à l’un d’entre vous, j’ai quelques affaires à régler. Un volontaire pour présenter les lieux à votre nouveau collègue? » « Shin Ji se propose ! » Qui… qui avait dit ça? Moonie fit comme les autres : par réflexe, il regarda autour de lui pour chercher le bénévole, avant de se rendre compte que tous les autres les fixaient, son jumeau et lui, et de baisser la tête… pour constater qu’il avait choppé JJ par le col de son vêtement et l’avait surélevé pour le désigner. Par pur automatisme. Il esquissa un rire bref qui tenait plutôt de la grimace, et le reposa bien gentiment sur la surface dont il l'avait arraché sans douceur. Il avait dit quoi tout à l'heure, déjà? Qu'il... ne se mêlerait plus de ce qui concernait Hyo? Visiblement les vieilles habitudes avaient la dent plus dure que la rancune…


we gonna rock this
warrior ✖ i'll confront and fight for the souls in this street. everyone stand up ! what’s the name of the game? dbc.
© belladone.


Dernière édition par Jang Mun Hee le Ven 4 Jan - 18:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
téma c'est

Bak Hyo Jun !


✵ because we
only live once !

avatar

we are one.


La vérité
✵ avant ce jour-ci,
je n'étais qu'une misérable et verdâtre sardine échouée sur cette plage. Pauvre de moi, je ne savais même pas faire la différence entre une girafe et un éléphant des mers. Je me débrouillais avec les moyens du bord « non d'un cordon bleu ! un ongle séché ! je vais peut-être pouvoir l'échanger contre tois pièces d'or ? » et puis quatre grandes et majestueuses ombres sont apparues, ils me tendirent leurs mains aussi étincelantes que le crochet du capitaine crochet. C'était donc eux, les Dieux du stade.

✵ love à sens unique ?

jte ♥ chan yeol

jte ♥ kanye

jte ♥ jae woo

jte ♥ adam
Profil- PSEUDO : weasel.


- MESSAGES : 74
MessageSujet: Re: past could break us ⊰ hyojun & munhee   Ven 4 Jan - 11:42



« écoute, je te rappellerais plus tard, bye. » par ces simples mots, je mis ainsi fin à la conversation prolongée qui se passait entre mon frère et moi. à l'entendre, Ho Gyu se plaignait encore de l'énergumène qu'était notre soeur. Soit disant, elle avait fait des siennes à l'école et notre mère fut convoqué pour régler ce problème. En gros, fallait toujours qu'elle se mette dans la mouise quand je devais bosser. Le pire, je faisais tout ça pour eux, pour elle, Nayung, qui se borne à ne jamais écouter. Le dialogue avec mon frère avait seulement réussit à me stresser, moi qui semble si calme et capable de gérer n'importe quelle situation. Savoir que cette capricieuse cherche sans cesse les ennuies me met dans un état que j'assume rarement. Mais que puis-je faire ? Ma pause vient de se terminer à l'instant où j'ai raccroché mon téléphone, laissant le soin à Hogyu d'éviter une mort certaine à Nayung et surtout, de calmer ma mère d'un possible meurtre. Ironie de côté, je devais retourner bosser. Entouré de geek et de gens peu sociable. Enfin, c'est souvent le fond de ma pensée quand je réalise que je travail dans une sorte de salon de thé pour les gamer et cie. Cup & Geek, même le nom en dit long. En y pensant, j'ai jamais pu -ou pas souvent- jouer à la console. Pour cause, mes parents n'avaient pas de sous pour nous en payer une. Mais en étant gamin, la vie était un jeu vidéo. Les monstres étaient à chaque coin de rue et les alliés aussi proche que prévu. Une époque que j'ai, malgré moi, rangé dans un coin de mon cerveau. Il suffit que mon esprit s'attarde dessus pour que "eux" s'immiscent sans permissions dans mes souvenirs. Si j'y songe, c'est qu'il y a bien quelque chose nommé "remord" qui traîne par là, non ? Ou pas. j'en sais rien. Je ne veux même pas y penser. Cet écart me fait faire des erreurs, ressentant le mécontentement des clients. Des excuses, toujours des excuses. Je me taperais presque le front sur le comptoir pour montrer que j'en suis désolé. et au final, je fais que soupirer quand ils s'en vont.

Ainsi, je n'ai jamais le temps de poser mes fesses sur un siège, reposer mes jambes ou boire un coup. Le patron m'a bien précisé d'être parfait, sans défaut et d'avoir une tenue sans reproche. ou plus clairement, rester debout à sa place et faire son boulot. Et faire du sur place, danser sur un pied ou l'autre, ça fatigue vite. Parler avec les gens, reposer les même questions, ça donne soif. Mais l'horloge daigne vite être de mon côté pour me laisser enfin respirer. Prendre mes clics et mes clac pour quitter ce lieu et mes collègues. Une journée qui se termine en beauté, sans aucun dérapage de mon côté. Si ce n'est celui de ma famille que je vais devoir affronter demain ou plus tard. D'ici là, la tempête serait passé et je n'aurais qu'à serrer les vis de Nayung. J'en reviens toujours au même scénario, m'énerver pour rien en croyant que cela servirait un jour de leçon. En attendant, rester planté sur le trottoir en fixant devant soi n'est pas une attitude convenable. Quoique, je m'en fous. Mes pas me ramèrent chez moi, tandis que j'en oublie mon second travail. Décidément, une seule paye ne suffit plus à tout assumer, j'en viens à gâcher mes nuits maintenant. Tant que mon corps tient ce foutu rythme, j'ai pas à m'en plaindre. et puis, penser à ma famille m'aide à continuer sans broncher. Prendre une bonne douche aussi, d'ailleurs. Histoire de me réveiller un peu de cette longue journée et se dire qu'elle n'est pas encore terminé.

Sur ce, j'enfile une tenue correcte pour aller dans cette fameuse boite de nuit. Pourquoi l'Underground Heroes ? Je m'étais persuadé de fuir ce genre d'endroit étrange et pas pour moi. Mais non. J'avais besoin de ce boulot. Pour le besoin de ceux que j'aime, et l'argent qui s'y relie. Et pour la raison principale que l'underground n'est pas si loin de chez moi et le périmètre plus sécurisé pour des nuits pareilles. Enfin bref. Terminé de réfléchir pour rien. Une veste, des chaussures et je détalle en vitesse avant d'être en retard à mon premier jour. Une boule au ventre, la démarche mal assuré, je tente une entrée normale vers mon futur patron. Pourquoi paniquer alors que je connais la chanson ? ce n'est pas mon premier boulot. En tout cas, ça l'est dans ce genre de lieu nocturne. Les salutations faites, je fais au mieux pour donner la bonne image, jusqu'à devoir me présenter aux autres. Quoi de plus normal ? Sauf quand je pose mon regard sur eux.

Personnellement, je me crois pas si malchanceux que ça en général. D'accord, j'ai un train de vie complètement débile et fatiguant, je m'en contente sans grimacer. Mais là. c'est bien la première fois que le mot "chance" se ressent comme une baffe. à croire que ce mot n'existe même pas dans mon vocabulaire. Ce que je cherche tant à fuir pendant quatre ans se trouve là, sous mes yeux. L'un limite à l'ouest et l'autre ... comment interpréter les traits de son visage ? J'en viens à me dire qu'il doit me détester, Mun Hee. Quant à Shin Ji, il doit sûrement s'en moquer comme l'an quarante. à moins que je me fasse des films ? Du coup, je n'écoute même pas le blabla de mon nouveau patron, jusqu'à qu'il termine sur une note joyeuse qui me glaçait le sang. Les lèvres pincées, je déglutis avec difficulté en examinant brièvement les jumeaux. Que fais-je ici ? Cette question se répète dans ma tête. j'aurais dû aller ailleurs, ou ne pas du tout trouver un boulot aussi dangereux que serveur dans une boite de nuit. la zone rouge, c'est sûrement ainsi que je peux la voir maintenant. Ils bossent donc là, à l'underground heroes ? J'ai mal calculé mon coup... J'ai surtout l'impression que mes efforts durant tout ce temps viennent de partir en fumée. Que faire ? Je vais continuer à faire le pot de fleur jusqu'à qu'ils décident de m'oublier ? ça risque pas. Oh non. La situation se complique, à dire vrai. Rester avec eux ? visiter ensemble ? Wait. Sérieusement, je leur dis quoi ? Bonjour ? Enfin bonsoir. Après quatre ans à les éviter comme un pauvre traître. Tant pis, ouvre là hyo. « Euh ... » Eukai, ou pas peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
téma c'est

Contenu sponsorisé !


✵ because we
only live once !





La vérité
✵ avant ce jour-ci,
je n'étais qu'une misérable et verdâtre sardine échouée sur cette plage. Pauvre de moi, je ne savais même pas faire la différence entre une girafe et un éléphant des mers. Je me débrouillais avec les moyens du bord « non d'un cordon bleu ! un ongle séché ! je vais peut-être pouvoir l'échanger contre tois pièces d'or ? » et puis quatre grandes et majestueuses ombres sont apparues, ils me tendirent leurs mains aussi étincelantes que le crochet du capitaine crochet. C'était donc eux, les Dieux du stade.

✵ love à sens unique ?

jte ♥ chan yeol

jte ♥ kanye

jte ♥ jae woo

jte ♥ adam
Profil
MessageSujet: Re: past could break us ⊰ hyojun & munhee   

Revenir en haut Aller en bas
 

past could break us ⊰ hyojun & munhee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Movis-straming[100% DVDRIP]Prison break S4
» (f) - RACHEL BILSON ► the past belongs to it, the future belongs to us
» Prison Break RPG
» salon de Genève 2012 : Nouvelle Audi RS4 Avant break
» Mercedes nouvelle Classe C Break

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
w h y . s o . s e r i o u s ? :: 
- la vie passée
 :: 
-